Devenir chirurgien orthopédiste : 3 points à connaître

Le domaine de l’orthopédie enregistre l’une des croissances les plus fulgurantes en matière de chiffre d’affaires depuis l’année 2018. En moyenne, une augmentation de 7 % est prévue dans les années à venir. Pourtant, que sait-on vraiment de ce domaine et du travail d’un orthopédiste ?

Chirurgien Orthopédiste : la médecine de l’appareil locomoteur

Le chirurgien orthopédiste est un professionnel dont la spécialité réside dans la chirurgie préventive et réparatrice de l’appareil locomoteur. Ce dernier est composé des articulations ainsi que des muscles responsables du mouvement corporel. En d’autres termes, c’est le squelette.

Le chirurgien orthopédiste est donc la personne ayant pour métier de prévenir et de corriger :

  •  Les diverses malformations de l’os et des articulations ;
  • Les déformations des tendons et des nerfs ;
  • Les interventions chirurgicales au niveau des membres supérieurs et inférieurs.

Le chirurgien orthopédiste n’est pas à confondre avec son confrère l’orthopédiste-orthésiste qui s’occupe principalement de l’élaboration et de la vente de prothèses et d’orthèses.

Le but d’un chirurgien orthopédiste est de soulager au mieux le mal-être de ses patients grâce à une intervention chirurgicale. Que ce soit une malformation congénitale, des lésions dues à des activités sportives ou encore un accident, le chirurgien orthopédiste s’en chargera.

Chirurgien Orthopédiste : un parcours d’étude bien rempli

Devenir un chirurgien orthopédiste n’est pas aisé. Ce métier nécessite pas moins de 12 années d’études cumulées. Le parcours commence dès l’obtention du baccalauréat avec des formations théoriques et pratiques.

Ainsi, pour devenir un bon praticien de l’os, il faut :

  •  Suivre des cours spécialisés en biologie, en chimie, en anatomie, en physiologie et en physique au lycée ;
  • Être admis après le test de la faculté de médecine (M.C.A.T) pour un cursus de 4 ans ;
  • Des formations en centres hospitaliers.

Bien entendu, il est possible de poursuivre les études d’orthopédie à l’extérieur, dans de nombreuses écoles des Etats-Unis, dont :

  • Duke University ;
  • Université de Harvard ;
  • Johns Hopkins University ;
  • Université de Pennsylvanie.

Le reste ne dépendra que de vos connaissances et de vos capacités.
À savoir que le salaire moyen d’un chirurgien orthopédique est de 3.000 € et plus dans l’Union européenne.

Pourquoi ne pas créer une polyclinique en chirurgie orthopédiste ?

Ouvrir une polyclinique est un projet intéressant lors de l’obtention des diplômes et des formations cités ci-dessus. Le meilleur moyen d’ouvrir une polyclinique est de collaborer avec une personne ayant une bonne formation en gestion administrative.

Une fois cette phase achevée et les modalités de collaboration inscrites dans un contrat officiel, il est temps de définir l’emplacement de la future polyclinique. Durant cette étude de terrain, il est important d’avoir une visibilité sur le nombre d’habitants dans la région et le pourcentage qui auraient besoin de soins orthopédiques. Cette étude permettra non seulement de trouver le bon emplacement, mais également de connaître approximativement l’affluence dans le futur établissement.

Quand le lieu est défini, il est temps de s’informer au niveau de la législation. Il existe de nombreux articles de loi régissant le système sanitaire et ils évoluent au fur et à mesure des besoins. Il faudra également rédiger un projet de santé à valider auprès de l’Agence Régionale de Santé (A.R.S) avec en prime une lettre d’engagement de conformité.

Si la réponse de l’A.R.S est positive, la phase 2 peut se poursuivre. Des financements peuvent être attribués aux particuliers lors de la mise en place finale du projet de polyclinique. Ces financements et leur montant dépendent de plusieurs facteurs dont la zone d’implantation, la nature des activités de la polyclinique, et même son impact environnemental.